Gamm Vert utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Mon espace perso
Nouveau sur gammvert.fr ?
Je m'inscris

Tout savoir sur le potager durable

Les fondamentaux du potager naturel

Améliorez la qualité de votre sol

Oubliez les bêchages en profondeur qui perturbent la vie de la microfaune et, notamment, l’activité des vers de terre (qui travaillent à votre place !).

Utilisez un outil de type grelinette ou biogriffe pour aérer la terre.

Apportez du fumier ou du compost (à enfouir superficiellement) et des engrais bio* pour nourrir le sol et vous assurer de belles récoltes.

*Utilisable en agriculture biologique selon la réglementation CE N°834/2007

Demandez à votre expert Gamm vert de vous conseiller sur le choix des engrais les plus adaptés aux besoins de vos cultures, mais aussi sur la fréquence de leur utilisation.

Faites tourner les cultures

La rotation des cultures, c’est simple et efficace pour prévenir les maladies, les parasites et éviter l’épuisement de votre sol.

Si vous débutez au potager, pratiquez une rotation sur 4 ans. Sur une même parcelle, vous planterez...

  • Année 1

    Légumineuses productrices d’azote pois, fèves, haricots

  • Année 2

    Légumes-feuilles gourmands en azote épinards, salades

  • Année 3

    Légumes-fruits tomates courgettes aubergines

  • Année 4

    Légumes-racines carottes, navets, pommes de terre

Engrais verts = fertilité assurée

Luzerne, phacélie, trèfle incarnat, moutarde, colza… ont tous des vertus ! Ces engrais verts couvrent la terre et la protègent des intempéries, luttent contre l’érosion, améliorent la structure du sol, le nourrissent, empêchent les mauvaises herbes de s’installer.

Comment utiliser les engrais verts ?

Semez-les à la volée sur des parcelles vides de cultures, au printemps ou à l’automne.

Fauchez-les avant floraison (et environ un mois avant d’utiliser la parcelle).

Puis enfouissez-les superficiellement.

Notre astuce : profitez-en pour enfouir du compost en même temps.

Accueillez les auxiliaires

Coccinelles, abeilles, papillons, chrysopes, hérissons, oiseaux, lézards, vers de terre… Les uns pollinisent, les autres se délectent de limaces, d’escargots, de vers ou de pucerons. Votre mission est plutôt sympathique: les attirer au jardin… et les garder !

Comment faire ?

En nourrissant les oiseaux et en leur installant des nichoirs.

En bricolant des hôtels à insectes pour offrir à chacun le logis qui lui convient : fagots de tige à moelle (rosier, sureau, framboisier), paille, bûches percées, briques creuses… Installez ces hôtels face au soleil et dos aux vents dominants.

Des outils en
pleine forme !

Nettoyez régulièrement vos outils. Bien entretenus, ils seront plus efficaces et dureront plus longtemps.

Misez sur les plantes compagnes

En associant certaines plantes, vous pouvez limiter les dangers (maladies, parasites et ravageurs) qui menacent vos plantations.

Invitez les herbes aromatiques pour leurs vertus répulsives : le basilic au pied de vos tomates ; la sarriette non loin des haricots ; le fenouil à proximité de vos salades ; le cerfeuil et le thym en bordure pour dégoûter les limaces.

Pour protéger tomates, carottes et fraisiers, appelez à la rescousse l’ail, l’oignon ou l’échalote contre la venue de nombreux prédateurs.

Plantez des fleurs ! Les capucines attirentles pucerons... qui laisseront alors vos légumes en paix. Les œillets d'Inde écartent les aleurodes (petites mouches blanches) des tomates.

Certains légumes ne s’aiment pas ! Évitez de marier piment et fenouil, poireau et haricot, melon et concombre, radis et navet, tomate et betterave, fraisier et chou.

Les solutions au cas par cas pour un potager naturel

  • Mes tomates et mes pommes de terre souffrent du mildiou

    Les symptômes

    Feuilles, tiges et fruits sont marqués de brun. Des taches décolorées apparaissent sur les feuillages, avec un poudrage blanchâtre au revers. Les fruits (tomates) brunissent, se bossèlent et ne mûrissent pas. Les feuilles sèchent ou pourrissent.

    Les solutions curatives

    • Il existe des traitements utilisables en agriculture biologique* pour lutter contre le mildiou. À base de cuivre, ils sont efficaces mais doivent être employés avec parcimonie et en dernier recours. Dès que la maladie apparaît, supprimez sans attendre les parties malades ou arrachez le plant atteint pour éviter la contamination.

    *Selon la réglementation CE N°834/2007

    Les solutions préventives

    • Ne plantez pas trop serré pour éviter la propagation de la maladie d’une plante à l’autre.
    • Pratiquez la rotation des cultures en ne plantant jamais deux fois de suite un légume au même endroit.
    • Choisissez des variétés connues pour leur meilleure résistance. Pour cela, n’hésitez pas à demander conseil en magasin à votre expert Gamm vert.
    • En période humide (favorable à l’apparition de la maladie), vous pouvez pulvériser du purin d’ortie, de la décoction de prêle ou du bicarbonate.

    Partager ces astuces :

  • Mon potager est envahi par les limaces et les escargots !

    Les symptômes

    Les jeunes feuilles sont dévorées entre les nervures. Les traces de mucus laissées par les limaces et les escargots permettent de différencier leurs dégâts de ceux des chenilles.

    Les solutions curatives

    • Les pièges à limaces, à enterrer partiellement, sont efficaces. Préférez-les aux pièges à bière maison car de précieux petits auxiliaires peuvent aussi s’y noyer !
    • Épandez régulièrement des granulés anti-limaces compatibles en agriculture biologique* à base de phosphate ferrique et sans danger pour les chats, les chiens et les hérissons.

    *Selon la réglementation CE N°834/2007

    Les solutions préventives

    • Compliquez-leur la vie… Les gastéropodes détestent les matériaux rugueux ou inégaux. Les coquilles d’oeufs ou de coquillages broyées ou encore la pouzzolane les dissuaderont de venir se balader dans vos salades.
    • Plus votre jardin accueillera d’auxiliaires, moins dure sera la lutte. Limaces et escargots font le régal des hérissons, des grenouilles, de certains oiseaux et des poules.
    • Installez en bordure du potager des capucines et de l’ail aux vertus répulsives.
    • Du printemps à l’automne, ayez recours aux nématodes. Ces vers microscopiques simples d’utilisation (poudre à diluer avant d’arroser le sol) intoxiquent les envahisseurs. À renouveler toutes les six semaines.

    Partager ces astuces :

  • Mes légumes et mes fruits se couvrent d'un feutrage blanc

    Qui est le coupable ?

    C’est l’oïdium, maladie due à des champignons parasites ! Par temps chaud et humide, les feuilles et les fruits des courgettes, des pommiers, des tomates, … se couvrent d’un feutrage blanc. Le développement des plantes est stoppé.

    Les solutions curatives

    • Si vous repérez une attaque, éliminez immédiatement les parties atteintes (ne les jetez pas au compost pour éviter de propager la maladie) et pulvérisez du purin de prêle.
    • Les fongicides à base de soufre* (100% biodégradables) sont efficaces et sans risque de toxicité à condition d’être appliqués quand la température est comprise entre 15°C et 25°C et de préférence en fin de journée. Votre expert Gamm vert vous conseillera sur les fréquences d’utilisation.

    *Utilisable en agriculture biologique selon la réglementation CE N°834/2007

    Les solutions préventives

    • Ne plantez pas trop serré.
    • N’arrosez pas le feuillage, mais maintenez un sol frais en été au pied de vos légumes.
    • Vous pouvez pulvériser du purin de prêle sur les plantes fragiles.
    • N’hésitez pas à tailler les fruitiers pour permettre à l’air de bien circuler.
    • Certaines variétés sont moins sensibles à l’oïdium, prenez conseil auprès de votre expert Gamm vert.

    Partager ces astuces :

  • Des insectes dévorent les feuilles de mes pommes de terre

    Qui est le coupable ?

    Ce sont les doryphores ! Des petits coléoptères au corps jaune rayé de noir et à l’appétit énorme. Les oeufs, de couleur orangée, se nourrissent aussi du feuillage. Leur présence compromet la formation des tubercules.

    Les solutions curatives

    • Si les doryphores sont encore peu nombreux, ramassez-les et tuez-les. Si vous découvrez des oeufs, pas de pitié, écrasez-les en frottant les feuilles.
    • Si l’attaque est massive, collectez un maximum d’adultes et pulvérisez un insecticide, utilisable en agriculture biologique*, à base de Bacillus thuringiensis ou de Spinosad sur et sous les feuilles pour tuer les larves.

    *Utilisable en agriculture biologique selon la réglementation CE N°834/2007

    Les solutions préventives

    • Cultivez en association avec vos pommes de terre de l’ail, des haricots, de la tanaisie, du raifort, du lin : les doryphores ne les apprécient guère.
    • Inspectez très régulièrement vos plantations : soulevez les feuilles pour les repérer au plus vite.

    Partager ces astuces :

  • Mes pommes, mes poires, mes noix tombent prématurément

    Qui est le coupable ?

    Le carpocapse ! C’est une chenille blanc rosé. Elle creuse une galerie jusqu’aux pépins et provoque la chute des fruits. La récolte est alors moins généreuse. Mais, heureusement, cette chenille ne menace pas la vie de vos fruitiers.

    Les solutions curatives

    • Ramassez les fruits véreux et éliminez-les (ne les jetez surtout pas au compost).
    • Après la récolte, pulvérisez des nématodes pour éliminer les larves qui vont hiverner.
    • Début mai, traitez à la bactospéïne, un insecticide biologique* anti-chenilles.

    *Utilisable en agriculture biologique selon la réglementation CE N°834/2007

    Les solutions préventives

    • Favorisez la présence des oiseaux (notamment les mésanges) et des perce-oreilles, les prédateurs naturels des larves des carpocapses. En grattouillant et picorant, les poules feront aussi du bon travail !
    • En hiver, posez des pièges à chenilles en carton ondulé sur le tronc et les branches. Il suffira ensuite de brûler le carton et les chenilles qui s’y seront réfugiées.
    • En fin d’hiver, suspendez dans vos arbres des pièges à phéromones. Les mâles viendront s’y aventurer… et s’y engluer.
    • Plus fastidieux, l’ensachage des fruits avant que le papillon vienne y pondre.

    Partager ces astuces :

  • Les feuilles de mes arbres fruitiers se boursouflent

    Qui est le coupable ?

    Vos arbres fruitiers sont atteints de la cloque du pêcher, maladie due à un champignon. Dès leur apparition, les jeunes feuilles des arbres se boursouflent. Elles passent du vert au pourpre, se couvrent d’une poudre blanche, avant de se déformer et de tomber.

    Les solutions curatives

    • Pulvérisez un fongicide à base de cuivre*, comme la bouillie bordelaise. Il faut intervenir au printemps avant la naissance des feuilles et à l’automne, quand toutes les feuilles sont tombées.

    *Utilisable en agriculture biologique selon la réglementation CE N°834/2007

    Les solutions préventives

    • N’oubliez pas de bien désinfecter votre sécateur avant ou après avoir procédé à une taille, pour ne pas propager la maladie.
    • Demandez à votre conseiller Gamm vert de vous indiquer les variétés les moins sensibles à la cloque du pêcher.

    Partager ces astuces :

Retrouvez votre conseiller en magasin

Téléchargez nos guides pratiques

Tous nos conseils à portée de main pour un jardin naturel